Protéger les "Femmes et les filles d'abord"

Début du programme 1993
Population impactée en cours

Promouvoir le plaidoyer et les politiques contre les violences sexospécifiques.

Contexte

Au Myanmar, l’inégalité entre les sexes et l’exposition des femmes à la violence, au harcèlement et à la maltraitance constituent non seulement des risques critiques en matière de protection, mais également un obstacle important au développement du pays et à la consolidation de la paix. Pour que la vision d’un Myanmar moderne, développé et démocratique devienne une réalité, il est indispensable que les femmes et les filles puissent pleinement accéder à l’éducation, à la formation et à des opportunités économiques et que leurs capacités de leadership soient renforcées pour leur permettre de participer aux prises de décisions générales.

Notre action

Le programme pour protéger les “Femmes et les filles d’abord” de FXB Myanmar, mené en partenariat avec UNFPA et en collaboration avec différents ministères et autorités au niveau national et régional dans les 7 États de Birmanie, a pour objectif d’informer et de former des femmes, des filles et des adolescents issus de minorités ethniques et autres groupes vulnérables et marginalisés – notamment ceux affectés par les conflits – en matière de santé sexuelle et reproductive.

Protéger les “Femmes et les filles d’abord” implique aussi un plaidoyer et un renforcement des capacités de formulation et de mise en œuvre de politiques et d’interventions multisectorielles, fondées sur les droits humains, pour prévenir et atténuer les effets des violences sexistes parmi les groupes ciblés.

Impact du programme

FXB a démarré ses activités au Myanmar en 1993 pour assurer une réinsertion économique et sociale de 95 jeunes filles birmanes délivrées de la prostitution forcée lors d’un raid de la police (en Thaïlande) initié par la fondatrice de FXB, Albina du Boisrouvray, et le gouvernement thaïlandais.

Depuis, FXB développe des programmes favorisant, chaque année, l’accès à des milliers de femmes et de filles à l’éducation et à l’information, à la formation et à des opportunités économiques ainsi qu’au renforcement de leurs capacités de leadership pour leur permettre de participer aux prise de décisions générales.

Témoignage

Pendant la formation que j'ai reçue, j'ai rencontré une femme qui avait été victime de violences conjugales. Mon rêve, depuis, est de créer ma propre entreprise et d'embaucher des femmes au passé douloureux.

Maya