NAMIBIE

Début de la mission 2018
Population impactée 6 650

Sortir des familles de l’extrême pauvreté

Contexte

La Namibie est classée parmi les pays à revenu intermédiaire. Son revenu par habitant est néanmoins l’un des plus asymétriques au monde, avec 55% du revenu global pour 10% de la population totale. La Namibie a une population de plus de 2,6 millions d’habitants; 43% d’entre eux ont moins de 15 ans. La stabilité politique et la bonne gestion économique de la Namibie l’ont aidée à réduire la pauvreté.

Cependant, cela n’a pas encore été accompagné par la création d’emplois et les inégalités socio-économiques héritées des années sous le régime de l’apartheid persistent, malgré des dépenses publiques généreuses consacrées aux programmes sociaux. 30% de la population active est au chômage. Les femmes et les jeunes sont les plus touchés, avec des taux de chômage se situant respectivement à 33% et 53% (pour les 20-24 ans).

FXB en action

FXB Namibie a lancé son premier programme de développement économique et communautaire VillageFXB en avril 2018, en partenariat avec l’ONG locale Hope Initiatives SA Namibia (HISA Namibia), dans un bidonville proche de Windhoek : la circonscription de Tobias Hainyeko au sein de la communauté Kilimandjaro.

Dans les bidonvilles informels tels que celui-ci, l’accès à la propriété, aux services de base, à l’éducation, à la santé, aux services sociaux, aux transports ou autres services publics sont extrêmement limités, voire largement indisponibles. L’insécurité, le chômage et le manque de capitaux pour gérer de petits projets sont une préoccupation majeure. Par ailleurs, les activités de développement sont rares en raison du manque d’ONG et d’agences de développement désireuses de s’établir dans un endroit non-sécurisé.

Les autorités nationales n’ont souvent pas les informations nécessaires sur ces communautés composées de migrants économiques et ne les intègrent ainsi pas dans la planification urbaine. Les personnes qui y vivent sont donc confrontées à de multiples défis, notamment la malnutrition, l’exploitation et l’insalubrité des logements. L’accès limité à des services tels que l’éducation, la santé et la protection sociale accentue encore leur vulnérabilité.

 

Nos programmes en cours

Les personnes les plus démunies de Namibie font face à une variété de défis complexes. N’aborder que la question des revenus serait une erreur ! Une aide partielle, ne s’attaquant qu’à une cause de la pauvreté, n’est en effet pas une solution suffisante pour la vaincre.

Ainsi, notre modèle de Développement économique et communautaire VillageFXB nous permet d’apporter, en trois ans, une réponse complète aux causes fondamentales de la pauvreté en agissant simultanément sur ses facteurs prédominants. Il s’agit aussi de lutter contre les discriminations liées au genre et de d’équilibrer les relations entre hommes et femmes afin que celles-ci, plus exposées à la pauvreté, puissent accéder aux mêmes opportunités économiques et sociales.

Notre travail en Namibie ne serait pas possible sans le soutien et la confiance de nos partenaires: la Fondation Liselotte et la commission européenne.

Témoignage

Grâce aux revenus générés à travers mes activités économiques collectives et mon atelier personnel, j'ai réussi à épargner suffisamment d’argent que j'ai investi dans une nouvelle entreprise : mon propre magasin de vêtements.

Selma du programme VillageFXB

Impact de la mission

Le programme de développement économique et communautaire VillageFXB en cours permet à 520 adultes et enfant de transiter d’une situation d’extrême pauvreté à l’autonomie économique et sociale d’ici à 2021.

Dans le but de créer un impact durable et de susciter un changement des comportements, FXB organise de nombreuses sessions à destination des communautés. Planning familial, importance de l’éducation, hygiène, santé, prévention au VIH/sida et autres maladies, violences faites aux femmes, droits des enfants ou protection de l’environnement sont autant de thèmes qui sont été abordés afin d’enrichir les compétences et développer les capacités de résilience de près de 2 000 membres de la communauté de Kilimandjaro.