FXB en première ligne de la lutte contre l’extrême pauvreté au Burundi

Publié le 1 décembre 2021

Le programme de développement économique et communautaire VillageFXB de Buterere IV au Burundi vient de se terminer. Quels enseignements en tirer ?

Venir en aide aux communautés vulnérables

Le VillageFXB « Buterere IV » est situé dans la province de Bujumbura Rural, dans la commune de Mutimbuzi, un district extrêmement pauvre et très propice aux inondations.

Dans un contexte foncier tendu, l’afflux de population en provenance du périurbain a entraîné une paupérisation galopante qui a contribué à détériorer la situation sociale et économique de la population locale, également affectée, entre autres, par l’insécurité alimentaire, l’accès limité à l’eau, la propagation de maladies épidémiques, le manque d’hygiène, l’insalubrité des logements, la difficulté d’accès à l’éducation et l’analphabétisme.

Ces conditions structurelles peu favorables ont en outre été accentuées par plusieurs événements aggravants, y compris la crise sociopolitique de 2015 et les inondations de 2018 – qui ont provoqué la destruction de nombreux biens et le recul des progrès enregistrés lors de la première année du programme.

Les cinq piliers de la lutte contre la pauvreté

L’objectif principal du programme, mis en place entre avril 2017 et mars 2020, était de lutter contre l’extrême pauvreté et de permettre à 100 familles vulnérables et marginalisées de devenir économiquement et socialement indépendantes en l’espace de trois ans.

Conformément à la méthodologie développée par FXB depuis trente ans dans le monde entier, cinq objectifs spécifiques ont été poursuivis :

  • Renforcer la capacité économique des familles ;
  • Garantir leur sécurité alimentaire ;
  • Assurer leur accès aux soins de santé ;
  • Améliorer leurs conditions d’habitation ;
  • S’assurer de la scolarisation des jeunes et de l’acquisition de connaissances pour les adultes.

Près de 5 000 personnes impactées

Les 100 familles prises en charge par le programme représentaient environ 500 enfants et 270 adultes.

En comptant les bénéficiaires indirects – soit tous les membres de la communauté qui ont participé aux activités du programme sans en être bénéficiaires directs – ce programme a impacté la vie de plus de 4,600 personnes de la commune de Mutimbuzi.

Briser le cycle de la pauvreté de façon durable

Grâce au capital d’amorçage fourni par FXB, toutes les familles ont pu développer une  Activité génératrice de revenus (AGR), essentiellement dans les domaines de l’agriculture et de l’élevage (50% d’entre elles), du commerce de denrées alimentaires (20%) et de fruits (10%) ou de la riziculture (9%).

Offrir aux familles des moyens financiers suffisants pour subvenir à leurs besoins est une chose. Mais le programme VillageFXB cherchait également à leur permettre d’économiser de façon régulière – y compris dans le cadre de groupes d’épargne et de crédit communautaires (AVEC) – afin, plus largement, de prendre en main leur avenir avec confiance et optimisme.

C’est la raison pour laquelle les bénéficiaires du programme ont également été appelés à agrandir ou diversifier leurs sources de revenus en réinvestissant une partie des bénéfices de leur activité principale. Toutes ces activités ont été couronnées de succès, générant des revenus à la hausse et des opportunités d’emploi pour la communauté dans son ensemble.

Les chiffres-clés

Renforcement économique

  • Le revenu moyen mensuel des familles est passé de 30 000 BIF (13-14€) au début du projet à 225 000 BIF (100€) à la fin, soit une hausse de 650 %.
  • Il dépasse de 22 % le seuil de pauvreté national annuel.
  • L’épargne mensuelle moyenne des familles a atteint 80 000 BIF (36€).
  • 89% des familles peuvent épargner de manière régulière sur leur compte en banque à titre personnel en plus de leurs contributions à un groupe d’épargne et de crédit AVEC (0 % au commencement du programme).

Alimentation

  • 85 % des familles prennent trois repas par jour et 15 % deux repas quotidiens (100 % des participants ne pouvaient auparavant s’offrir qu’un seul repas par jour).
  • 98 % des ménages consomment régulièrement des légumes (5 fois ou plus par semaine).
  • Aucun enfant de moins de 5 ans ne montre désormais de signes de malnutrition.

Santé et hygiène

  • 100 % des familles ont accès aux soins de santé (45 % au début du programme).
  • 88 % des adultes participants connaissent leur statut sérologique et 100 % des personnes vivant avec le VIH reçoivent un traitement adapté.
  • 100 % des accouchements pendant le programme ont été assistés par une infirmière (4 % pendant les trois années précédant le programme).
  • 100 % des familles ont été formées aux bonnes pratiques d’hygiène et d’assainissement (0% au début du programme).
  • 100 % des familles disposent d’un poste de lavage des mains avec eau et savon disponible (31 % au début du programme).

Logement

  • 96% des familles ont un toit couvrant toute la surface de leur maison (5 % au début du programme).
  • 58% des familles ont des lits pour tous les membres de la famille (0 % au début du programme).
  • 100% des familles vivent dans des maisons éclairées par des panneaux solaires fournis par FXB.

Éducation

  • 100 % des enfants en âge d’être scolarisés le sont (89 % au début du programme)
  • 100 % des bénéficiaires ont un matériel scolaire adéquat (0 % au début du programme).

Principale raison pour ne pas aller à l’école : ne pas être en âge d’être scolarisé (87%), et le fait que les parents n’avaient pas les moyens suffisants pour le faire (53%).

  • 3 % des enfants ne vont pas à l’école pour des raisons financières (53 % au début du programme).

Pour en savoir plus sur la méthodologie VillageFXB, cliquez ici.

Vous pouvez également découvrir plus en détails l’ensemble de nos activités et programmes de lutte contre la pauvreté au Burundi ici.