AMIE - renforcer les capacités économiques et sociales des femmes au Burundi

Début du programme 2021
Population impactée 700

Lorsque les femmes peuvent exercer une activité de leur choix, lorsqu’elles ont accès aux services financiers et lorsque leurs droits sont reconnus, elles acquièrent non seulement leur indépendance économique et sociale, mais elles vivent en meilleure santé.

Contexte

Le Burundi est un des pays les plus pauvres du monde, situé au 185e rang parmi 189 pays sur l’Indice de développement humain (PNUD 2020). L’organisation sociale traditionnelle de la société burundaise est de type patriarcal et patrilinéaire. C’est l’homme qui incarne l’autorité au sein du ménage et qui prend toutes les décisions capitales.

La femme, elle, a la charge du fonctionnement de la vie domestique. Elle s’occupe des travaux ménagers et prend soin des enfants et des autres membres de la famille. Par ailleurs, les femmes fournissent l’essentiel de la force de production dans le secteur de l’agriculture, puisque la grande majorité des femmes œuvre dans ce secteur qui reste l’activité dominante de l’économie burundaise.

« Elles partent à l’aube avec leurs enfants sur le dos et rentrent le soir, épuisées, devant encore s’occuper de l’approvisionnement en eau, des combustibles, de l’entretien du bétail et de la préparation des repas », résume Gisèle, Directrice de FXB Burundi.

Lorsque les femmes peuvent exercer une activité de leur choix, lorsqu’elles ont accès aux services financiers et lorsque leurs droits sont reconnus, elles acquièrent non seulement leur indépendance économique et sociale, mais elles vivent en meilleure santé. Plus les mères ont un pouvoir de parole ou de décision sur les finances du ménage, plus les filles sont scolarisées longtemps et plus leurs enfants, leurs communautés et leurs pays en bénéficient.

Notre action

AMIE (Approche Multisectorielle Inclusive de l’Empowerment des Femmes) poursuit ainsi trois objectifs spécifiques :

  • Le renforcement des capacités économiques et de résilience des femmes.
  • L’adhésion à une mutuelle de santé communautaire qui permettra aux familles de ces femmes d’accéder à des soins de santé adéquats.
  • L’accès à l’éducation et à la formation professionnelle de leurs enfants.

Il s’agit aussi d’induire des changements de comportement de leurs maris et concubins. Ils seront ainsi dûment sensibilisés aux discriminations liées aux genre, aux droits des femmes et à une plus grande implication de leur part dans la vie et la prise en charge de la famille.

La composante « accès à l’éducation et à la formation professionnelle de leurs enfants » est également essentielle. Les enfants ne pourront éviter de reproduire les coutumes patrilinéaires de leur communauté que si les filles et les garçons sont équitablement intégrés dans les différents niveaux du système scolaire et si leur environnement familial et communautaire promeut des pratiques plus égalitaires.

Ce projet est mise en oeuvre avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie.

En lire plus sur la situation des femmes au Burundi : https://fxb.org/fr/real-life-stories/temoignage/au-burundi-les-femmes-rurales-sont-le-pilier-du-menage-et-le-moteur-de-leconomie/

Impact du programme

La première phase de ce programme AMIE concernera 100 femmes et leurs familles vivant en milieu rural – environ 700 personnes. Le changement recherché est leur autonomisation, à travers l’atteinte de leur résilience économique et sociale, d’un statut sanitaire satisfaisant et l’accès à l’éducation et à la formation de leurs enfants. 

Témoignage

« Elles partent à l’aube avec leurs enfants sur le dos et rentrent le soir, épuisées, devant encore s’occuper de l’approvisionnement en eau, des combustibles, de l’entretien du bétail et de la préparation des repas ».

Gisèle, directrice de FXB Burundi