En 1994, un Comité National, composé de représentants du gouvernement thaïlandais, d’ONG (y compris FXB) et d’organismes tel que l’UNICEF, l’Organisation Internationale du Travail (OIT) et l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), a été formé afin de lancer un plan d’action national pour lutter contre la prostitution et la traite d’êtres humains. Par ce biais, FXB a contribué à ouvrir la voie vers une amélioration de la législation nationale thaïlandaise grâce à la «Loi sur la prévention et la répression du trafic de femmes et d’enfants» (1997).