FXB a démarré ses programmes en RDC en octobre 2009 avec pour objectif de sortir des centaines d’adultes et d’enfants de l’extrême pauvreté.

Le contexte

Située en Afrique centrale, la République Démocratique du Congo (RDC), pourtant riche en ressources naturelles (notamment minérales et forestières), demeure l’un des pays les plus pauvres du monde. Il occupe l’avant-dernier rang de l’indice de développement humain du PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) en 2013 (IDH – 186ème place sur 187 pays évalués).

La province du Nord-Kivu et sa capitale Goma ont été rendues tristement célèbres par les groupes rebelles qui semaient la terreur dans la région, forçant des milliers de familles à prendre la route de l’exil. Pour tous ces déplacés, Goma, située à la frontière rwandaise, représentait la destination par défaut du fait de la présence de la MONUC censée assurer la sécurité de la région. Entre 2011 et 2012, la population de Goma est passée de 400’000 à plus de 1.1 million !

Cet afflux massif de réfugiés a encore augmenté la misère dont souffraient déjà les diverses populations de la ville. La pauvreté est une réalité quotidienne pour la majorité des habitants dont 60% sont des enfants. Les conditions de vie du Nord-Kivu sont encore plus insupportables en raison de la pauvreté, de l’ignorance et de l’anarchie qui y règnent encore:

  • La majorité des familles vit en dessous du seuil de pauvreté, sans accès à l’eau potable
  • La population vit principalement du commerce de détail, mais la majorité survit grâce à de petits emplois ne rapportant qu’un maigre salaire irrégulier. La capacité à se nourrir correctement reste donc hautement incertaine pour la plupart des foyers
  • Au niveau sanitaire, les établissements de santé ont été détruits et pillés pendant la guerre, ce à quoi s’ajoute une commercialisation excessive des services médicaux qui sont de très mauvaise qualité. Sur 1’000 enfants, 140 meurent avant l’âge de un an, et 237 meurent avant l’âge de cinq ans. La couverture vaccinale est de 59%. Les accouchements assistés sont estimés à 51%. 62% de la population a recours à un guérisseur traditionnel en cas de maladie
  • La prévalence moyenne du VIH/sida est de 5.4% dans la province du Nord-Kivu et varie entre 24% et 30% chez les femmes enceintes.
  • Le taux d’éducation est très bas, atteignant tout juste 30%, tandis que le taux de scolarisation est de 46.5% pour les filles et de 58.4% pour les garçons
  • Les écoles sont dans un état de délabrement avancé et mal équipées. Les parents doivent également payer directement les enseignants, à raison d’un coût mensuel variant de 2 USD à 5 USD au niveau primaire – ce dont très peu de familles peuvent s’acquitter
  • La plupart du temps, les communautés pauvres vivent dans des maisons au cœur de bidonvilles où le loyer est certes abordable, mais où elles sont exposées à tous les aléas liés aux mauvaises conditions d’hygiène, aux inondations fréquentes et au manque fréquent de latrines

Nos domaines d’intervention

Trois programmes situés à Keshero, Bukama et Ndosho ont terminés leurs activités entre 2012 et 2014 permettant ainsi à 240 familles – soit 1’845 enfants et adultes – de sortir de la pauvreté.

Nos plans pour l’avenir

Trouver de nouveaux partenaires pour répliquer le modèle d’éradication de la pauvreté VillageFXB au profit d’autres familles très vulnérables des quartiers populaires de Goma