Albina du Boisrouvray, fondatrice de FXB et présidente d’honneur 

En 2003, le Time Magazine désigne Albina du Boisrouvray comme l’un des « Héros Européens » de l’année, dans un numéro spécial qui la décrit comme un alchimiste ayant transformé la richesse en amour pour les 100 millions d’orphelins du sida et d’enfants vulnérables que la pandémie engendrera pour la fin de cette décennie.

Après une enfance à New York et une adolescence cosmopolite, elle se fixe dans le canton du Valais, en Suisse, où elle rencontre et épouse Bruno Bagnoud. Après la naissance de son fils François-Xavier en 1961, elle étudie la psychologie et la philosophie à l’Université de la Sorbonne à Paris.

Journaliste indépendante, Albina du Boisrouvray écrit notamment pour le Nouvel Observateur. Son scoop sur les circonstances de la mort de Che Guevara est repris par l’Express et par des chaînes de télévision françaises et scandinaves. En 1970, avec Juan Goytisolo, elle crée le magazine littéraire “Libre“ qui publie de nombreux écrivains latino-américains parmi lesquels Plinio Mendoza, Carlos Franqui, Octavio Paz, Claribel Allegria, Gabriel Garcia Marquez et Carlos Fuentes.

De 1969 à 1986, à travers Albina Productions, elle produit 22 films dont “les Zozos” (1972) premier film de Pascal Thomas, “Police Python” (1975) d’Alain Corneau, “L’important c’est d’aimer“ (1975) d’Andrzej Zulawski, ou encore “Fort Saganne“ (1984) d’Alain Corneau.

Depuis 1981, Albina du Boisrouvray préside et dirige la SEGH qui regroupe les entreprises familiales actives dans le domaine de l’immobilier et de l’hôtellerie.

En 1985, elle est décorée en France de l’ordre des Arts et des Lettres au grade de chevalier et devient le premier producteur cinématographique à recevoir “L’Ordre National du Mérite“.

La mort en 1986 de son unique enfant, François-Xavier Bagnoud, un jeune pilote d’hélicoptère spécialisé dans le sauvetage qui était sa passion et son engagement, a constitué un changement radical dans sa vie. Il la pousse à s’éloigner d’une carrière cinématographique à succès pour se dévouer à la cause de dizaines de millions d’enfants et de femmes vulnérables, laissés dans le sillage des effets dévastateurs du sida. En plus de son entreprise de production cinématographique, elle vend les trois quarts de ses biens personnels et s’engage à Médecins du Monde aux côtés de Bernard Kouchner avec qui elle partira en mission notamment au Liban. Elle met dès lors toute son énergie créative, sa crédibilité et sa longue expérience d’entrepreneur au profit de l’assistance humanitaire, du développement économique et social durable, et de la recherche en créant de multiples programmes à travers le monde.

En 1989, avec ses amis et sa famille, elle crée la Fondation François-Xavier Bagnoud ainsi que l’Association François-Xavier Bagnoud (FXB International), une organisation non-gouvernementale, afin de poursuivre, dans le domaine du développement, les missions de sauvetage que son fils menait et perpétuer ainsi les valeurs de générosité et de compassion qui guidaient sa vie.

Le programme d’éradication de l’extrême pauvreté VillageFXB, initié en 1991 par Albina du Boisrouvray, est un changement dans la manière dont l’aide au développement est administré pour que celui-ci ait un impact durable et permette aux populations et communautés en difficulté de subvenir à leurs propres besoins sur le long terme.

L’ensemble de la Communauté Internationale se tournait en effet essentiellement vers le microcrédit. Albina du Boisrouvray avait la conviction que ce moyen n’était pas adapté pour les populations en situation d’extrême pauvreté – pauvreté démultipliée par le sida. En effet, ces dernières ne pourront jamais arriver à rembourser les emprunts.

Dans cette logique, FXB a mis au point une solution pionnière : le programme VillageFXB, tablant sur un retour sur investissement de dimension sociale, grâce à une approche holistique visant l’éradication de l’extrême pauvreté en s’attaquant simultanément aux cinq facteurs de l’extrême pauvreté – la santé, le logement, l’éducation, la nutrition et le renforcement économique. La principale innovation de cette approche réside dans le renforcement économique lié aux autres interventions. Grâce à la mise en place d’une activité génératrice de revenus, les familles en situation de pauvreté extrême obtiennent au fil du temps des revenus suffisants pour lutter contre les autres facteurs de la pauvreté et subvenir à leurs propres besoins. Après le départ de FXB International, ils sont des acteurs à part entière de l’économie locale.

Depuis 1989, Albina de Boisrouvray a amélioré la vie de milliers de personnes. 17 millions d’adultes et d’enfants dans 20 pays ont bénéficié de la présence de FXB International et de ses interventions dans le domaine du développement durable des communautés, de la réhabilitation d’infrastructures, de l’éducation, de la prévention et de la sensibilisation aux VIH et autres maladies, des programmes d’accès à l’eau et à l’assainissement.

Albina du Boisrouvray a la conviction qu’investir dans les enfants et les femmes, c’est investir dans la paix et la sécurité du monde.

Son engagement a été récompensé par de nombreux prix internationaux :

  • En 1993, l’Université du Michigan a honoré Albina du Boisrouvray du titre de « Doctor of Humane Letters ».
  • En 1996, elle est nommée “John Harvard Fellow” par l’université de Harvard.
  • En septembre 1999, elle se voit décerner un prix de reconnaissance spéciale pour sa “Réponse à la crise des orphelins du Sida” lors de la seconde conférence sur les stratégies globales de prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant à Montréal.
  • En 2001, les étudiants de Harvard l’associent au “Harvard Project for International Health and Development Award”.
  • En 2001, Albina du Boisrouvray est décorée de l’ordre de la Légion d’Honneur, au grade de Chevalier, par le gouvernement français pour son travail innovateur dans les soins palliatifs à domicile (Centres FXB de soins palliatifs à domicile de Sion (Suisse) et de Paris (France).
  • Grâce aux projets innovateurs qu’elle crée et dirige au sein de FXB, elle a été élue membre du « Social Entrepreneurs Group » de la Fondation Schwab. Cette reconnaissance permet aux entrepreneurs sociaux du groupe de participer au World Economic Forum de Davos pour présenter et partager leur expertise avec des leaders mondiaux des affaires, de la société civile et du secteur public.
  • En 2002, avec Xanana Gusmão, Président du Timor Est, elle reçoit le Prix Nord-Sud du Conseil de l’Europe. Ce prix est décerné chaque année à deux personnalités, l’une du Sud, l’autre du Nord, ayant contribué activement par leurs réalisations au développement et à la défense des principes de protection des droits de la personne, à la démocratie pluraliste et à la solidarité Nord-Sud.
  • Lors de la cérémonie inaugurale de la 4ème Conférence Internationale sur le sida en Inde, en novembre 2003, à Chennai, Albina du Boisrouvray a reçu le « Lifetime Contribution Award » en reconnaissance des actions qu’elle mène dans l’ensemble des 35 Etats et Territoires de l’Union Indienne.
  • Cette même année, la Faculté de Médecine et de Dentisterie (UMDJ) du New-Jersey (Etats-Unis) lui décerne le titre de « Doctor of Humane Letters ».
  • Le 12 juillet 2004, Albina du Boisrouvray s’est vue attribuer le prestigieux « Thai Komol Keemthong Foundation Award of Outstanding Personality 2004 » pour le travail qu’elle mène depuis le début des années 90 en Thaïlande et au Myanmar, dans les domaines de la protection des droits des enfants et des femmes, de l’éducation, de la formation professionnelle et de l’aide aux familles dont les enfants sont affectés par le sida.
  • En 2007, la Fédération nationale des Clubs Convergences lui remet à Lyon un trophée pour la récompenser de son engagement en faveur des orphelins et des enfants vulnérables affectés par le sida dans le monde.
  • En 2008, un documentaire lui est consacré dans le cadre de la collection Empreintes de France 5. « Au nom du fils » a été réalisé par Olivier Horn et produit par Gédéon Programmes et France 5, avec la participation de la TSR et du CNC. De la Thaïlande à la Birmanie, de l’Ouganda aux alpes suisses, le film nous entraîne aux côtés d’Albina et à la rencontre des bénéficiaires de ses programmes. Il remonte aux sources de son exceptionnel parcours, nous livre sa conception de l’humanitaire, et nous éclaire sur le sens de ses engagements. Ce film est le témoin d’un destin unique marqué par le don de soi, les convictions d’une femme engagée, le courage et l’amour d’une mère.
  • Le 8 avril 2009, le Président Français, Monsieur Nicolas Sarkozy, lui remet les insignes d’Officier dans l’Ordre National du Mérite. Durant son discours, le Président a honoré le travail et l’engagement d’Albina du Boisrouvray : « Votre ONG est un modèle à travers le monde. Vous êtes une femme engagée. Votre solidarité est exemplaire et c’est la raison pour laquelle la République va vous distinguer. ».
  • Albina du Boisrouvray reçoit le 11 juin 2009, le Prix Spécial du Jury BNP Paribas qui consacre les 20 ans de FXB International aux côtés des orphelins du sida et des enfants vulnérables. Doté de 50’000 Euros, ce prix remis par Monsieur Michel Pébereau, Président de BNP Paribas, salue des femmes et des hommes remarquables pour leur éthique, leur implication personnelle et l’exemplarité de leurs actions.
  • En juillet 2011, Monsieur Frédéric Mitterrand, Ministre de la Culture et de la Communication, lui décerne le grade d’Officier dans l’ordre des Arts et des Lettres.
  • Le 26 février 2014, le Kalinga Institute of Social Sciences (KISS) Award a été décerné à Albina du Boisrouvray. Ce prix honore et reconnaît des individus qui ont su apporter une contribution exceptionnelle à la société dans divers domaines liés à des problèmes sociaux et qui se sont distingués en tant que véritables acteurs humanitaires.
  • En 2016, Albina est promue Officier de la Légion d’Honneur. Cette nouvelle reconnaissance au plus haut niveau de l’Etat français souligne l’ampleur et la qualité de l’action qu’Albina du Boisrouvray a menée sans relâche durant ces 27 dernières années, en faveur des plus démunis.
  • En 2017, le Centre Européen de Musique à Bougival (France) inscrit son nom au sein de l’Académie d’Honneur constituée au nom des bienfaits thérapeutiques de la Musique.